Bienvenue chez les Pommes de Terre
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La galerie de l'oubli...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Didielise
Princesse Dyria
avatar

Messages : 1495
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 17
Localisation : Didieland

MessageSujet: La galerie de l'oubli...   Dim 14 Juil - 17:41

Infini
Rien ici n'est terminé.
Sauf le monde, peut être.

Textes by Didielise/Dyria

Dans l'infini et l'au delà !
Textes sans fin, morceaux de texte.
/!\ Multi-thèmes. /!\
(Titres : Sans nom, sans nom et.... Sans nom.)


31.12.2012
Les dragons, les fées, les koalas, je ne les ai jamais connu sauf de loin. De très loin, dans les nuages. Les humains vivent parfois des aventures tellement palpitantes et c'est leur croyance en Nous qui fait que Nous soyons là. Mais malgré toutes ces légendes que j’entends dans les grandes villes, Nous n'avons jamais, ô grand jamais, aidé ne serait-ce qu'un humain. Au fil du temps, on s'éprend plus d'un parti que d'un autre et Nos avis diffèrent. Nous sommes ce qu'ils appellent des  ''Gardiens'' par ici, des ''Deus'' par là. Bien sûr, selon les endroits et les moment, c'est différent.
    Nous sommes exactement Douze, ici. Nous n'avons pas d'enfant : c'est contre les règles. Nous connaissons le nom des Autres sans ne les avoir jamais rencontrés. Personne n’échappe à la ''justice'', il paraît qu'avant Nous étions quatorze. Mais aujourd'hui, Nous sommes bel et bien douze : Argon, Caméï, Kaïn, Lintel, Délinore, Lens, Beïty, Ramen, Karminèa, Maïtè, Herin et moi, Ydole.
    Nous ne savons pas qui a fait les règles ni quels sont les châtiments. Nous, les Gardiens, nous avons peur. Oui, ceux que vénèrent avec tant de passion les humain sont plus craintifs que la population.

Ou le moyen de ne plus perdre ses textes lorsqu'on les perds souvent...

__________


Dernière édition par Didielise le Lun 28 Avr - 20:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellolune.com
Didielise
Princesse Dyria
avatar

Messages : 1495
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 17
Localisation : Didieland

MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   Dim 14 Juil - 17:41

Carnet de Notes
Bouts de textes - écrits partout et nul part - à ajouter plus tard dans de plus grands.

Chapter X:
 

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellolune.com
Didielise
Princesse Dyria
avatar

Messages : 1495
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 17
Localisation : Didieland

MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   Mer 7 Aoû - 15:46

Mes sujets doivent être supers pour qu'il y est si peu de réponses. x'D
C'est pas grave, je poste quand même. /Un petit tout petit commentaire ?/

Version 1 /Mauvaise version, Lyndus est une mauvaise idée./

    Gabriel soupira. Devant lui s'étendait le désastre. Une ville entière en cendres et parfois en cadavres. Les hautes tours qui auparavant surplombaient la ville étaient pour la plus part tombées. L'ancien pub que tenait... quel était son nom, déjà ? Monsieur Laclure, probablement. Reprenons. L'ancien pub que tenait Laclure était en ruines. Chaque tonneau de bière avait brûlé, par ci par là se dressaient les vestiges des anciens fauteuils verts. Un de ses hommes s'avança vers les derniers lambeaux de rideau, tâtant le tissus comme pour vérifier que tout est réel. Tristam posa sa main sur l'épaule de Gabriel. Sa peau blanche et tachetée était peu commode, ses oreilles pointues non plus. On racontait qu'il était le dernier des derniers. Qu'il était donc le seul.
- Qui a bien pu faire ça ? demanda-t-il à son chef.
- Je suis bien navré que ce ne soit pas moi, répondit Gabriel en haussant les épaules. C'est fou ce que ça ressemble à Ambressot !
La mine grave, l'elfe se retourna vers les soldats. Un petit groupe, douze au maximum. Ca ne valait pas le coup d'amener un régiment sur les décombres de la Danche. Une ville plutôt grande. Pas très riche mais pas pauvre non plus. Un peu égoïste et pas très accueillante. En bref, c'était la Danche.
   Tristam se pinça le nez trois fois avant de lever les yeux vers la garnison. Elle attendait les ordres. La Danche était certes un mauvais endroit mais, méritaient-ils tous de périr ?
- Ambressot était un repère de serpents.
- Son extinction était impressionnante. Ça c'est du travail de débutant. Inutile et mal fait, commenta le “chef”.
Gabriel mit sa main en visière, le soleil brûlait ses yeux bleus. Si le paysage n'était pas cendre, il était neige. Il porta instinctivement la main à son épée. Quelque chose bougeait dans le lointain. Il n'y avait pas de bâtiment “important” dans la Danche. Son peuple n'était peut être pas si malfaisant que ça et pourtant, il n'y avait ni roi ni rien. Pas de gouvernement, pas de chef, pas d'empereur. Rien. Personne ne savait pourquoi ni comment. Une chose était sûr, la Danche était connue mais pas célèbre.
- Cherchez des survivants ! Ordonna Gabriel au petit groupe.
Tristam serra les lèvres et ferma les yeux, humant l'air. La mort n'étais pas un senteur agréable, pas cette mort la. Il se plaça à la droite de son chef qui lui, avait le souffle coupé.
- Gabriel, il n'y a personne ici. J'ai bien peur qu'ils soient tous morts. On a un gros problème.
- Le problème est-il si gros ? Répondit-il, un demi sourire sur les lèvres. Dame ou Damoaselle, qu'importe, Lindya va m'assassiner.
- Demoiselle. Et, elle se nomme Lyndus.
Lyndus était une prêtresse. Elle n'avait rien de terrifiant ou de plus qu'une autre prêtresse. Autant de pouvoir, autant de maitrise. Pourtant, elle avait eu cette chose en plus que les autres. Cette chose, c'était la vie. Dernière prêtresse d'on ne sait plus quelle religion. Certains s'y adonnaient comme si leur santé en dépendait. Pour Gabriel, c'étaient des croyances démodées et sans plus aucun intérêt. Si Tristam n'avait pas été là, Lyndus n'aurait pas été épargnée. Elle se disait être centenaire, désirait le respect mais n'en valait pas la peine.

~*~

Essai pour concours 1
    Silencieuse, la douce brise d'été caresse mon visage avec une main presque maternelle. Les vagues ont cessé de rugir et, calmes, apaisent les passants de leur douce chanson. La lune, haute dans le ciel, semble exercer son pouvoir mystique sur quiconque ose la défier du regard. La nuit, cette baie est fantomatique. Non pas déserte mais hors du temps. Un unique endroit où tous se réunissent et respirent à la même vitesse. Sans pourtant aucun écho nul part, ces battements de cœur à l'unisson rythment le temps. Envoyant les minutes valser dans les hautes montagnes et s'éloignant chaque fois un peu plus vers la mer. Tic. Tac. Tic. Tac. Je serre ma montre plus fort, encore plus fort.
    On dit que dans cet univers parallèle où tous sont en paix, la magie opère. Que toutes ces créatures fantastiques emprisonnent leurs fanatiques dans un unique tourbillon de bonté à la douce saveur de gaieté. Et pourtant, j'ai beau chercher, toutes ces merveilles que je ne peux pas voir restent invisibles à mes yeux chaque soir. Ces fantaisies, uniques et pourtant si profondes, qui ont osées inspirer les peuples jadis ne restent devant moi que des illusions. Je ne porte pas de lunettes, peut être le devrais-je ? Je ne vois rien. Je peux fermer les yeux ou les ouvrir, qu'importe ?! Mon cœur reste clos. Ne laissant personne entrer, indésirables et désirables dans le même panier.
    J'ai beau espérer, rien n'arrive. Rien n'est jamais arrivé. J'ai beau ne pas avoir longtemps vécu, je l'avoue, je suis impatiente. Je rêve de l'autre côté. Je rêve de l'Odyssée. Je rêve de l'amour éternel. Je suis trop sensible, c'est dit. Souvent dit, même. Mais rêver est pour moi une très belle chose. Alors, tant que je le peux, je le pense. J'y crois, je cherche cette clef qui refuse d'apparaître. Qui refuse qu'un autre aie le droit à mes sentiments les plus profonds. Mais qui garde mes secrets en sûreté. Qui garde mes croyances, intimes et uniques. Qui me préserve probablement, qui sait ?
    La mer chante. Ne pourraient-ce pas être sirènes et pirates, prêts à accoster dans leurs majestueux bateaux ? Le ciel dort, caché sous son drap étoilé. Ne pourraient-elles pas déchirer ce voile, sorcières sur leur balais ? Griffons au pelage soyeux et aux yeux dorés ? Le sable reste là, sur le sol, presque inactif. Ne pourraient-ils sortir, lutins au long nez et fées en tenues bleutées ? De l'horizon ne pourrait pas surgir Roméo ? Oh mon Roméo, où est mon Roméo ?

Essai pour Concours 2
    « Et ils finirent heureux, eurent beaucoup d'enfants et je ne sais trop quoi.. M'enfin bref, revenons au principal ! C'est tellement praliné les princes et princesses ! Rien ne vaut le caramel, tout le monde le sait ! Et voilà que le couple -sans enfants, on se demande bien où ils ont été les chercher, ceux qui ont sois disant inventé la fin- organise un bal. Que de déception. Ne pouvaient-ils pas oublier les paillettes un instant ? Il y a tant de choses fabuleuse ! Mais pourquoi un... Non ! Ne me dites rien ! Ils sont derrière moi, c'est ça ?! »
    Rire du public.
    « Oh ! Mon dieu ! Quel affreux gâteau ! On dirait que le prince a deux nez ! Mon dieu, amenez moi le pâtissier tout de suite ! Quel atrocité ! »
    Nouveau rire du public.
    « Mais, parlons donc de pâtisserie, lorsque j'y pense ! Ne devinez-vous donc pas ? L'an dernier.. Ça remonte à loin mais c'est que j'ai bien bonne mémoire. Donc. L'an dernier... J'ai reçu un gâteau aux amandes ! Puisque voici des ânes devant moi, je vais tout vous dire sinon vous ne comprendrez rien ! On ma la offert, pardi ! Et en pleine tronche ! »
    Ultime rire du public. Accentuer le mot ''tronche'' pour un bon effet et tout est gagné.
    « Mais, qu’entende-je ? N'est-ce pas le claxin, clavecin, claxon... Ah mais non ! Les trompettes, que suis-je bête ! Que veut dire tout ce cinéma ! Mille merci, Ô cousins des beaux poney qui broutent dans l'aile Est ! Bon public, vous m'avez offert votre bonté et sympathie ! »
    Rires et acclamation. Petite révérence. Trois pièces d'or et deux pièces d'argent. En bref, rien qui puisse m'aider à nourrir Elvis. Elvis c'est mon poney, ne vous détrompez pas !

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellolune.com
Didielise
Princesse Dyria
avatar

Messages : 1495
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 17
Localisation : Didieland

MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   Lun 28 Avr - 20:52

Citation :
Je suis assez ouverte à toute proposition, si vous avez des idées de prénoms féminins et masculins.



Carnet d'idées


"
  Tout le monde a des secrets. Certains sont inutiles, sans intérêt. D'autres sont essentiels. Ils font le monde, différencie le bien et le mal. Mais chaque secret vient tout d'abord d'un choix : celui de laisser la chose secrète ou de la dévoiler. Ce choix en lui même peut être fatale. Les deux choix peuvent l'être tout autant. On appel cela la destinée. Lorsque garder ou non cette chose secrète nous change la vie. Nous tue ou nous garde. Nous envoie vers les mêmes chemins. Ou même, lorsque le choix est ultime. En bref, un secret, c'est un choix. Un choix qui fait que l'on vit. Ou que l'on meurt.
  On peut fixer quelque chose en espérant en voir une autre. On peut trouver une chose en en voulant une autre. On peut imaginer quelque chose lorsque la vérité en est une autre. L'imagination peut être fatale, elle aussi. Toute chose imaginée réussie plus au moins. C'est ici que l'on retrouve c'est notion du destin. Or, le destin se trouve partout. Il y a un peu de lui dans chaque recoin, sombre ou illuminé. Dans chaque parole, chaque fait, chaque agissement. Dans chaque personne, aussi, mais surtout.
  Depuis la nuit des temps, les chants le façonnent. De la tristesse à la joie, chaque parcelle de la destinée est chantée. On pleure, désire et aime avec car c'est son rôle. Décider à notre place. Mais tout n'est jamais très clair. Les simples humains ne comprennent pas toujours. Espérons que ça, les humains le comprendront.

  Dans le fin fond de l'Autre Monde, dans une forêt sombre, se cache un château. On ne sait ni pourquoi il est là ni qui a fait qu'il soit là. Ici, on ne peut voir que le destin. Il est grand, il est beau. Son toit est rouge, ses murs sont en pierre grise. Ses tours sont hautes mais cachées du mauvais œil par les grands pins. De ce bâtiment, on en a fait un temple. Un lieu du destin. L'endroit où tout se passe. On connait nombre de prêtresses mais seul le destin fait le oui et le non. Lui seul connaît la destinée. Simple égalité. C'est ici que les grandes prêtresses apprennent. Qu'apprennent-elles ? A être prêtresses, tout simplement. Non. En fait, ce n'est pas si simple. Être prêtresse est dans le sang, dans la peau.
  Une prêtresse peut être de n'importe quelle race. La différence est liée à son élément. On peut être prêtresse mais pas grande prêtresse. Il y a douze grandes prêtresses. Selon la nature d'une prêtresse, on est grande prêtresse ou pas. On est de tel élément ou pas. On l'est ou pas. Il y a douze éléments. Le feu. La glace. L'eau. La terre. La larme. Le sentiment. Le temps. Le destin. L'intelligence. Le combat. Les deux derniers ont presque proscrits. Il allient tout mais sont pourtant plus. Ce sont les maîtres. Les plus grandes choses de la destinée. Il y a tout d'abord la noirceur. Un abîme profond où règne le mal. Et, le sang. Un abîme profond... Le même refrain mais plus sanguinaire. Pourtant, ils sont à égalité. Tout dépend de leur prêtresse.
  Chaque prêtresse est élevée pour s'élever selon ses capacités. A partir de ses dix automnes, chaque prêtresse est marquée. En général sur la nuque, elle est tatouée du sceau. On sait ou ne sait pas, tout dépend d'elle. Elle peut elle même décider de ne pas savoir ce qu'elle est. Tout le monde à le même enseignement. Le sceau change selon chaque personne et la désigne d'un des éléments. Certaines rumeurs disent qu'au moment où le sceau est posé, on peut savoir si la prêtresse s'élèvera ou non. Parfois, c'est vrai et visible aux yeux de tous. Tous le savent, faute au destin. Parfois c'est presque incroyable que la prêtresse s'élève et c'est là qu'on se demande ce que trafique la destinée.
  Lorsqu'une grande prêtresse décède, elle est succédée par une autre qui s'élève. L'autre est choisie par le sceau, ou par le destin. Elle n'est pas choisie pour son pouvoir mais pour que la destinée puisse avoir lieu comme la destinée le veux. Pas par choix mais parce que c'est ainsi que ça doit se passer. Personne ne peut contrôler la destinée. Mais la destinée n'est pas toujours présente. Parfois, il y a des erreurs. Des erreurs qui changent la destinée. Ou est-ce le destin qui est ainsi ? De nombreux personnages y ont réfléchit. La seule réponse est que nul n'est parfait. Le destin non plus. C'est déjà arrivé qu'il y est une erreur. Suite à cela la destinée à dû tout réécrire à partir des nouvelles naissances.

  Les prêtresses sont des personnes importantes. Le destin leur a donné l'Elite. L''Elite, c'est ceux qui les protègent. Des guerriers intelligents et combattants. Élevés avec leurs protégés, ils commencent leur tâche à l'âge de dix automnes eux aussi. Ils ne son pas marqués mais la destinée elle même leur insigne à chacun une prêtresse particulière. On ne peut pas réellement savoir qui protégera qui mais, une autre rumeur raconte qu'il y a un lien entre l'Elite et leurs prêtresses. Que si on suit ce lien, alors on sait ce que le destin a souhaité.
  Suite à d'anciens évènements la dure décision a été prise par les grandes prêtresses d'éradiquer les prêtresses de sang et de la noirceur. Ça aussi, le destin l'a annoncé. Pourquoi, on ne sait pas. Rares étaient-elles. On n'en laissât aucune vivre. Dur et triste travail pourtant pour le bien de tous. D'anciens livres se plaisent à déjouer chaque action. Il est écrit qu'une prêtresse a sombré du mauvais côté, une erreur. Il y a beaucoup d'erreurs.
  Depuis maintenant 500 ans, il n'y a plus de prêtresse de sang. Il ne reste qu'une prêtresse de la noirceur. Une prêtresse cachée dans les bois, emmenée de ville en ville, sauvée par on ne sait qui. Un erreur de plus. Une prêtresse seule avec une rancœur grandissante. Une prêtresse à qui on a enlevé ses sœurs. Une prêtresse devenant une erreur. Une prêtresse sombrant du mauvais côté. Hantée par des actes commis sous ses yeux. Colère, fureur dans son cœur. Une prêtresse impossible à vaincre sauf par un sommeil éternel.
  Un autre de ces bouquins annonce qu'elle se réveillera un jour. Que ce jour là, les prêtresses pleureront de leur sang. Que le chaos est partout. Que les erreurs sont plus que multiples. Mais qu'est-ce que fout le destin bon sang ?
"

~ 2013

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellolune.com
Rose
Patate Rose - 13th Doctor
avatar

Messages : 1782
Date d'inscription : 07/10/2012
Age : 16
Localisation : A Kalos, avec Narcisse *q*

MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   Lun 28 Avr - 21:46

C'est trop bien **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cacahueteparty.tumblr.com/
Didielise
Princesse Dyria
avatar

Messages : 1495
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 17
Localisation : Didieland

MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   Mar 29 Avr - 17:22

Merci. Smile Tu aurais pas des idées de prénoms ? 'q'

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hellolune.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La galerie de l'oubli...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La galerie de l'oubli...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Galerie à Salgin
» Ma galerie Style Toon Link
» Ma galerie Warcraft III
» [Galerie] WFB - Skaven - Laurent BTL
» Galerie Jeremsky94 >>> GO <<<

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Dreams :: My Universe :: Espace Créations-
Sauter vers: